Sessile, des sneakers Made in France, réparables et recyclables

Sneaker Sessile cuir France
Trois modèles mixtes et intemporels composent la collection de la marque française Sessile.

Tel est l’ADN de la marque propre de La Manufacture 49, filiale industrielle du Groupe Éram, née fin 2019. Véritable défi technique, la fabrication d’une chaussure est complexe, composée de différentes matières, de colle… mais l’entreprise limite les composants au strict minimum pour ne pas faire obstacle au recyclage et ainsi minimiser son impact environnemental. Un enjeu majeur que nous explique Jean-Olivier Michaux, Directeur Industriel du Groupe Eram et Directeur Général de La Manufacture 49.

Démarche d’économie circulaire

Sessile s’appuie sur un cahier des charges durable reposant sur cinq piliers – matières premières, fabrication, distribution, usage et fin de vie – « destinés à prolonger la durée de vie des modèles, réparables de manière industrielle », souligne Gauthier Bedek, Responsable Innovation. À cet effet, La Manufacture a fait breveter un procédé de démontage. Si le modèle peut être remis à neuf, il est débactérisé, remis en forme et ressemelé. Les lacets et la semelle intérieure sont remplacés. Cette prestation de 59 euros lui permet de connaître une seconde vie ! Les paires trop usées, en grande partie recyclables, sont désassemblées : la semelle redevient une semelle et la tige est broyée pour constituer un élément de la semelle. « C’est une nouvelle vision de la responsabilité d’une marque, au-delà de la création d’un article mode puisque nous considérons, dès sa création, sa fin de vie », rappelle Jean-Olivier Michaux.

Circuit court et traçabilité

Éco-conçues, les sneakers font la part belle aux matières naturelles et/ou recyclées. Elles sont sourcées en circuit court en France et en Europe (Espagne, Italie, Portugal). Le cuir à tannage végétal provient de la tannerie italienne Gruppo Mastrotto, membre du projet GREEN L.I.F.E (Green Leather Industry for the Environment) qui vise à réduire l’impact environnemental de l’industrie de transformation des peaux. Jusqu’à 70% de matières recyclées, principalement des chutes de production, composent la semelle extérieure en caoutchouc. La première de propreté est, elle, en mousse recyclée et cuir. ​Les lacets en coton certifié GOTS (Global Organic Textile Standard) sont confectionnés dans les ateliers de la Société Choletaise de Fabrication (SCF), labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant et située à quelques kilomètres de La Manufacture. Les boîtes à chaussures, conçues dans la région par le Groupe Boucard Emballages sont en carton recyclé, sans utilisation de colle, et 100% recyclables.

Transparence et analyse de cycle de vie 

Sessile est partie prenante du projet d’entreprise Change for Good initié par le Groupe Eram, engagé dans la réduction de son empreinte carbone à hauteur de 30% à l’horizon 2030 (accélération de l’éco-conception pour l’ensemble de ses marques, utilisation de matériaux durables, évolution des bassins de sourcing…). Afin de mesurer l’empreinte carbone de ses modèles, l’entreprise a élaboré un outil de calcul d’impact environnemental, sur les bases définies par l’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie). Une vingtaine de paramètres sont pris en compte : origine de la matière de la tige, de la doublure, de la semelle, acheminement… Résultat : une paire de Sessile obtient une « note carbone » trois fois inférieure à une basket en cuir équivalente importée : 3,8 kg/CO2 contre 12 à 13 kg/CO2 pour un modèle fabriqué en Asie du Sud-Est.

Création Made in France

Les sneakers Sessile sont entièrement réalisées dans l’un des derniers ateliers de production de l’Hexagone, à Montjean-sur-Loire, bassin historique de l’industrie de la chaussure. Quatre-vingts opérations et 1h30 de travail sont nécessaires à la fabrication d’une paire coupée, piquée et assemblée au sein de La Manufacture 49. « Ce projet valorise le savoir-faire hexagonal et le maintien de l’emploi local sur les bords de Loire. » Ce parti pris séduit de plus en plus de marques françaises – une dizaine à ce jour – désireuses de bénéficier du savoir-faire du chausseur et d’arborer le label Origine France Garantie. « Cette clientèle externe représente aujourd’hui 30% du volume d’activité de l’atelier, en progression constante. À terme, l’objectif est d’atteindre 50% », annonce son directeur général. Par ailleurs Sessile a initié des collaborations avec le label Je Dévore Ma Bretagne ou encore Philippe Zorzetto. Le créateur a ainsi revisité son modèle Hiba dans des tons blanc, gris, taupe et noir, twisté d’une touche dorée sur la talonnette.

Sessile baskets cuir
Éco-conçues, les sneakers font la part belle aux matières naturelles et/ou recyclées sourcées en circuit court.

Production « juste » et vertueuse

Trois modèles mixtes et intemporels composent aujourd’hui la collection Sessile. Proposés du 36 au 46, ils sont commercialisés de 139 à 169 euros, prix boutique conseillé. Jouant la carte de la transparence, la marque communique sur la provenance de ses matières, les coûts de fabrication… Afin de limiter le gaspillage et la surproduction, elle limite son stock et produit à la demande (en pré-commande). En mai une gamme upcyclée de 6 à 8 modèles uniques va voir le jour, valorisée à partir des réserves de cuirs de La Manufacture. Sessile est aujourd’hui distribuée via son e-shop et à travers un réseau sélectif d’une dizaine de boutiques multimarques et concept-stores sur notre territoire comme Dou Bochi à Arles, Les Traits Français à Toulouse, We Art from Paris dans la capitale, Hexagone à Angers, Fil & Cie à Besançon…

Prochaine étape : faire connaître la marque

Lauréate 2021 d’ADC (Au-Delà du Cuir), Sessile va bénéficier de l’accompagnement multifacettes de l’incubateur de la Filière Française du Cuir. « Nos besoins portent notamment sur le marketing et la stratégie digitale afin de renforcer la visibilité de notre marque auprès des consommateurs. C’est d’ailleurs le sens de sa dénomination. En botanique, la sessilité caractérise une feuille directement reliée à sa branche sans tige, tels les fruits du chêne sessile. Cet état évoque le circuit court, clin d’oeil à notre ADN », résume Jean-Olivier Michaux.

LA MANUFACTURE 49 EN BREF

Création de l’atelier de production : 1927 à Montjean-sur-Loire.
Effectifs : 140 salariés.
Capacité de production en soudé : 300 000 paires/an.
Nombre de paires piquées, coupées et assemblées : 20 000/an.
Clients BtoB : marques du groupe Eram – Bocage, Mellow Yellow -, Le coq sportif, Baron Papillon, 1083, Jules&Jenn
Formation : une école interne transmet les savoir-faire.

Inscrivez-vous à la Newsleather pour recevoir nos articles à votre rythme et selon vos préférences de thématiques.

Rédaction Laëtitia Blin

j'AIME
TWEETER
PIN IT
LINKEDIN
sustainable leather forum

Consultez
les derniers articles
de la rubrique

MANUELA DE JUAN sandales SS21
24 Juin

Manuela de Juan, bon pied bon œil !

Passés les soubresauts de l’histoire, à l’aune d’une nouvelle ère pour la marque, Manuela de Juan célèbre 50 ans de style et d’élégance en prise ...

sem, adipiscing risus sed ipsum nunc efficitur. tempus Curabitur

Inscrivez-vous pour recevoir la newsleather à votre rythme et selon vos préférences de lecture.Inscrivez-vous à la newsleather gratuite