Millau prend des gants avec l’UNESCO

Le Pays de Millau postule à la reconnaissance de son patrimoine de gantier auprès de l’UNESCO. Une démarche fédératrice qui apporterait un véritable coup de pouce à tout un territoire.
Président de la ganterie Maison Fabre, Olivier Fabre n’a pas attendu la crise sanitaire et ses corolaires de relocalisation pour s’alarmer de la disparition possible du savoir-faire de gantier. En 2015 déjà, il s’en entretenait avec des élus locaux. C’est là que lui vint l’idée d’une candidature de sa région au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Pour rappel, la convention de sauvegarde du patrimoine immatériel de l’UNESCO est née en 2003 afin de valoriser et sauvegarder notamment des savoir-faire artisanaux marquant l’identité d’un territoire. La France y présente un dossier tous les deux ans. Mais conscient de l’ancrage de son activité dans un territoire et de la richesse patrimoniale de ce dernier, sur proposition de Nadia Bedar arrivée en 2018 tout juste récompensée de la candidature des savoir-faire liés au parfum en Pays de Grasse, l’entrepreneur décide d’y englober toute une filière, de l’agropastoralisme à la confection des gants en passant par la connaissance et la transformation des matières naturelles, et en particulier du cuir. Finalement, l’aventure concerne six départements – l’Aveyron, l’Aude, le Gard, l’Hérault, la Lozère et le Tarn – et réunit, au conseil de l’association porteuse du projet fondée en octobre 2019, trente-six membres issus des différentes branches impliquées : le Conseil National du Cuir, COTANCE, la Fédération Nationale Ovine, les principaux groupements d’éleveurs et de soigneurs d’agneaux, l’Entente Causses Cévennes, le Secours populaire, Caritas France, des collèges de scientifiques et d’élus de tous bords politiques parmi une longue liste. « Le projet est même encore plus inclusif puisqu’il associe aussi des pays étrangers comme l’Ethiopie (principale source de l’agneau métis utilisé en ganterie – NDLR), l’Argentine, gros éleveur d’ovins et la Chine », déclare Olivier Fabre.

Ganterie cuir dressage Millau Unesco
La ganterie préserve son savoir-faire depuis des siècles pour confectionner des gants de qualité.

Un artisanat ancestral

L’histoire de la ganterie à Millau ne date pas d’hier et mérite en effet un soutien fort pour la faire perdurer. Entourée et composée de vastes plateaux calcaires, la région est une terre d’élevage ovin depuis plus de trois millénaires. Au IXème siècle, on y produisait du fromage de brebis et au XIème on y travaillait les peaux de moutons. Au XIIIème siècle, avec l’apport des connaissances en tannage des arabes espagnols et de celles en teinturerie ramenées par les Croisés, on y fabrique déjà les premières paires de gants à doigts séparés. Au XVIIème siècle, le territoire millavois compte douze tanneries, dont onze mégisseries, trois teintureries et cinq gantiers. Avec le développement des moyens de communication, des banques et le port obligatoire de gants lors des cérémonies, mégisserie et ganterie se développent. Et au XIXème siècle, on ne dénombre pas moins de quatre-vingts mégisseries et vingt ganteries dans la région. Au milieu du XXème siècle, Millau est la figure de proue de la mégisserie en France avec 4 500 000 peaux travaillées par an et 1 100 salariés. Les manufactures de gants y prospèrent encore avec une production annuelle de 4 700 000 paires confectionnées par près de 6 000 ouvriers. À partir des années 1960, à cause de la concurrence de l’Asie du Sud-Est, de la baisse des exportations, de la hausse des importations et des changements dans la mode, la situation malheureusement se dégrade. Aujourd’hui, seules cinq ganteries patrimoniales demeurent.

Megisserie cuir Millau
Les mégisseries et la qualité des peaux sont une étape essentielle de la filière gantière.

Une reconnaissance et de multiples animations pour la région

Porté par la Mairie de Millau, la Communauté de Communes des Grands Causses, le département de l’Aveyron, la région Occitanie, la sous-préfecture de Millau et bien sûr l’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel en Pays de Millau, le dossier s’étoffe d’une série de dix-sept mesures de sauvegarde conçues par la directrice de candidature et le président de l’association en lien étroit avec les acteurs de la filière intégrale, qui l’enrichissent et en diversifient les effets. Comme la création d’une école supérieure des métiers de la peau et du gant en pays millavois, le projet de Chaire UNESCO sur la bientraitance animale en vue notamment de favoriser la qualité des peaux, l’éveil de vocations autour d’actions diverses envers les jeunes ou les publics éloignés de l’emploi, la création de la première route éco-touristique des gantiers, les célébrations de la fête de la Sainte Anne, patronne des gantiers et mégissiers ou encore une exposition itinérante des Patrimoines Culturels Immatériels français en Occitanie avec France PCI (Patrimoine Culturel Immatériel). À l’occasion de la présidence française du Conseil de l’Europe, une série de douze paires de gants attachée chacune à la valeur d’une étoile de l’Union, sera fabriquée par douze ganteries européennes. L’original sera remis en cadeau diplomatique à une personnalité au rayonnement international et la réplique sera présentée lors de l’exposition itinérante puis conservée au Musée de Millau et des Grands Causses. « Les retombées économiques, touristiques et environnementales seront considérables, annonce l’initiateur du projet. Au-delà d’une filière, elles fédèrent un territoire tout entier et même au-delà puisque les deux autres régions gantières – Grenoble et Saint-Junien – sont déjà incluses dans le projet. Nous collaborons étroitement avec le ministère de la Culture, celui du Commerce Extérieur et celui de l’Agriculture afin qu’ils appuient notre dossier au moment du choix du gouvernement. » Croisons les doigts pour que ce beau projet arrive jusqu’aux bureaux de l’UNESCO qui rendra son verdict en novembre 2024.

Inscrivez-vous à la Newsleather pour recevoir nos articles à votre rythme et selon vos préférences de thématiques.

Rédaction François Gaillard 

j'AIME
TWEETER
PIN IT
LINKEDIN
Cuir Invest

Consultez
les derniers articles
de la rubrique

mattis neque. felis non dapibus massa

Inscrivez-vous pour recevoir la newsleather à votre rythme et selon vos préférences de lecture.Inscrivez-vous à la newsleather gratuite