Le luxe éclairé de la maroquinerie Joseph Duclos

Joseph Duclos boutique Paris
La boutique située 54, rue du Faubourg Saint-Honoré imaginée par l’architecte Tristan Auer - Photo © Amaury Laparra.

Mettre l’innovation et les savoir-faire au service de la beauté. C’est dans cet esprit, hérité des Lumières, que Ramesh Nair s’inscrit pour écrire l’histoire de la nouvelle marque de maroquinerie de luxe Joseph Duclos.
Le Directeur Artistique, familier des grandes maisons et des savoir-faire d’exception, a choisi de se plonger dans les origines de ce luxe éclairé et dans l’histoire de la Manufacture Royale de cuir de Lectoure, tannerie fondée par Joseph Duclos, ayant reçu lettre patente en 1754. Une démarche inspirée du passé qui s’inscrit dans des préoccupations modernes de respect de l’environnement et de durabilité, au travers d’une production en petite série d’objets issus de la haute maroquinerie, au sourcing et à la fabrication françaises.
C’est dans la boutique parisienne, ouverte en septembre dernier rue du Faubourg Saint-Honoré, que nous l’avons rencontré.

Joseph Duclos Ramesh Nair portrait
Pour Ramesh Nair, le cuir reste une matière de choix qui combine des qualités esthétiques, écologiques et de durabilité.

Faire revivre l’héritage spirituel de la Manufacture Royale de cuir de Lectoure

Si c’est dans la mode que Ramesh Nair a commencé sa carrière, la maroquinerie, découverte pendant les onze années qu’il a passées en tant que Senior Designer aux côtés de Martin Margiela puis de Jean-Paul Gaultier au sein de la maison Hermès, tient une place importante dans son parcours créatif. Pour redonner vie au malletier Moynat, il instaura pendant dix ans un dialogue créatif entre sa vision de la marque et des artisans aux savoir-faire d’exception. Il y exprima pleinement sa sensibilité pour un luxe sensuel, au geste précis, à la belle matière et aux formes épurées, nées d’un travail de la main complexe. Une vision du luxe dont il poursuit l’exploration dans l’aventure Joseph Duclos, soutenu par l’entrepreneur et financier Franck Dahan. La tannerie gersoise inspirant la marque ayant cessé son activité depuis fort longtemps, tout était à inventer.
C’est donc aux origines que Ramesh Nair a puisé son inspiration afin de faire revivre l’esprit de l’époque glorieuse de la Manufacture Royale de Lectoure. Cette dernière, recherchée à l’époque pour ses cuirs fins destinés à la confection de bottes et accessoires militaires d’apparat pour la famille royale et la noblesse d’épée, a inspiré au directeur artistique une recherche formelle évoquant les articles de métier. Ainsi gibernes et étuis royaux sont transposés dans des sacs et pochettes structurés, au porté main ou bandoulière comme le Diane et le Saint-Clair, là où les besaces ont donné naissance aux cabas souples verticaux et horizontaux de la gamme Lectoure. Les éléments de passementerie des bandoulières, ainsi que les détails des fermoirs en flèche, s’inspirent, eux, des fourragères portées sur les uniformes.

joseph duclos besace saintclair cuir
Gibernes et étuis royaux ont inspiré des sacs et pochettes structurés, au porté main ou bandoulière comme ici le Saint-Clair.

Une sélection de cuirs français sobres et précieux

En choisissant de travailler des cuirs français d’exception, Ramesh Nair rend hommage au travail initié par Joseph Duclos, dont la manufacture a construit la renommée grâce à son lent travail de fosse et ses cuirs précieux. Dans sa recherche d’excellence, le designer a sélectionné des cuirs peu travaillés et sans finissage. Il nous confie vouloir « conserver la beauté naturelle de ces peaux afin de leur permettre d’acquérir une délicate patine ». Il a ainsi a voulu valoriser au maximum le tannage végétal, qui permet à ses sacs de traverser le temps en se personnalisant. Une temporalité longue, qui est pour lui est véritablement l’apanage du luxe.
Au sein des tanneries Haas, il a choisi le Novonappa® au double tannage chrome et végétal et chez Gal le cuir de veau tannage 100% végétal en fosse à l’écorce de chêne moulue pour ses sacs Diane et Saint-Clair. À ces peaux au fini très naturel s’ajoutent des cuirs de bovins à l’aspect satiné ou nubuck choisis dans les catalogues des tanneries du Puy, d’Annonay, de Chamont, ou encore parmi les taurillons de chez Rémy Carriat. S’y ajoutent de la chèvre et quelques peaux exotiques, crocodile et lézard, utilisées parcimonieusement pour des commandes spéciales. Ce sourcing local, à la traçabilité sans faille, est pour Ramesh Nair un élément déterminant qui fait partie intégrante de ce travail d’artisanat de luxe qui lui tient tant à cœur.

joseph duclos plaque diane cuir laiton
Une grande attention a été portée aux accessoires et parures, forgés en laiton.

Un travail artisanal du cuir s’inscrivant dans la protection des ressources et la durabilité

Pour Ramesh Nair, c’est une évidence, l’artisanat de luxe en maroquinerie, alliant recherche formelle et innovation, s’inscrit dans la modernité, une modernité dont le respect de l’environnement et la production raisonnée d’objets durables sont des préoccupations centrales. Le cuir reste pour le designer la matière de choix, celle qui, selon lui, « combine à la fois les qualités esthétiques, écologiques et de durabilité ». Il nous confie qu’il est lui-même végétarien, mais ne voit aucune contradiction dans ses choix. « Ces peaux sont issues de la consommation de viande, qui est une réalité, même si moi je n’en mange pas. Que devrions-nous faire ?  Détruire ces peaux et nous tourner vers des matériaux synthétiques ? » Il avoue ne pas avoir été séduit, pour le moment, par ceux qui lui ont été présentés. De plus, il souligne que le cuir, contrairement aux nouvelles matières synthétiques ou végétales, ne donne pas lieu à une production supplémentaire, c’est un recyclage qui plus est d’une matière 100% biodégradable. Il est fermement convaincu que travailler avec une filière cuir française, issue de l’alimentation, aux normes de traçabilité et environnementale parmi les plus exigeantes, reste le choix le plus écologique et durable. Le sourcing sur le lieu de fabrication lui permet aussi de minimiser l’empreinte carbone de ses créations. Les quelques peaux exotiques choisies ont, quant à elles, fait l’objet d’un sourcing scrupuleux avec des fournisseurs remplissant les critères éthiques et légaux définis par la CITES. Pour travailler ces matières premières d’exception, Ramesh Nair a sollicité des artisans qui l’accompagnent depuis longtemps dans ses diverses aventures créatives.

L’innovation et la maîtrise au cœur du travail des ateliers

Lors de son année d’étude à l’Institut Français de la Mode au début des années 2000, il a travaillé avec des maroquiniers, Compagnons du Devoir, et a découvert un artisanat stimulé par les défis techniques et la transmission, véritable force de proposition dans le processus créatif. Il a aimé les valeurs du compagnonnage et a inscrit sa collaboration avec ces artisans dans la durée. C’est aussi cette fidélité qui l’a poussé à soutenir ces ateliers qui, suite à la pandémie, se trouvaient privés d’une partie de leur activité. Avec eux, il a développé des techniques spécifiques pour construire ses sacs conçus comme des boîtes précieuses, dont la simplicité des formes n’a d’égal que la complexité des finitions. Associant la réalisation de goussets plats, le galbage, des piqûres d’angles et l’insertion d’anses cousues à la main au point sellier et renforcées au point de bride, la confection des sacs demande un travail précis d’une grande technicité.
Une grande attention a été portée aux accessoires et fermoirs inspirés par les petits mécanismes et le travail de serrurerie, dont Ramesh admire l’ingéniosité. Il a conçu un fermoir en flèche, inspiré des fourragères militaires et de Diane chasseresse, forgé dans du laiton doré. C’est ce même matériau qui vient à la fois embellir et protéger le fond des sacs Diane, remplaçant les patins métalliques par une plaque gravée d’une phrase calligraphiée reprenant la lettre patente de 1754.
En accord avec cet esprit hérité de la tradition française, Ramesh Nair a souhaité développer une gamme de bijoux en cuir, mais aussi quatre parfums aux noms évocateurs des sources qui alimentaient autrefois la tannerie de Lectoure. Un hommage au métier de gantier parfumeur, cette corporation qui a su innover constamment pour associer un travail fin du cuir à celui des fragrances. Un symbole du raffinement et de l’ingéniosité de ce luxe éclairé qui sied bien à la marque.

Inscrivez-vous à la Newsleather pour recevoir nos articles à votre rythme et selon vos préférences de thématiques.

Rédaction Hélène Borderie

j'AIME
TWEETER
PIN IT
LINKEDIN
Cuir Invest

Consultez
les derniers articles
de la rubrique

elit. leo vel, velit, elit. eget porta. mattis eleifend tristique

Inscrivez-vous pour recevoir la newsleather à votre rythme et selon vos préférences de lecture.Inscrivez-vous à la newsleather gratuite