Herbert Frère Sœur :
le cuir en héritage

Nouveau sac Bibine en cuir camel, Herbert Frère Sœur
Nouveau sac Bibine en cuir camel, Herbert Frère Sœur, prix boutique conseillé 245 € - Photo © Ben Massiot.

Perpétuant le savoir-faire de l’entreprise paternelle, Flavien et Camille Herbert ont lancé leur propre marque en 2017. Celle-ci trouve ses racines entre Paris et Fougères, en Bretagne.

Quand le destin vous rattrape, pourquoi lui résister ? C’est un peu ce qui résume le tournant professionnel pris par Flavien et Camille Herbert, il y a quelques années. « Notre père a fondé l’atelier à Fougères Orca Accessoires en Ille-et-Vilaine qui fabrique des ceintures en marque blanche pour de nombreuses marques – entrée de gamme jusqu’au luxe – depuis plus de 40 ans, confie Camille Herbert. Nous avons grandi dans cet environnement, mais avons chacun pris des routes différentes. Mon frère travaillait dans un laboratoire pharmaceutique et moi, je suis éditrice dans le domaine de la musique. » Pourtant, en 2005, quand le père décide de vendre la société pour enfin prendre une retraite bien méritée, c’était sans compter sur Flavien qui s’est manifesté comme repreneur.

Flavien et Camille Herbert, à la tête de la marque Herbert Frère Sœur.
Flavien et Camille Herbert, à la tête de la marque Herbert Frère Sœur.

Un toucher « bougie »

Epaulé par son père, il apprend alors le métier et ensemble, ils se lancent un nouveau défi, la création d’une marque de sacs : Le Facette. « Le développement du produit, avec ses multiples soufflets zippés, a été un véritable travail de famille et a été un vrai déclic pour moi », explique Camille Herbert. Celle-ci devient alors Directrice Artistique de la marque et s’occupe de tout : de la vente au marketing, en passant par le renouvellement des cuirs et la distribution du produit à l’étranger. Elle gagne par la même occasion le virus du cuir. « Quand je me baladais dans la rue avec l’un de mes modèles, on m’arrêtait pour me demander d’où il venait. C’est incroyable l’impact que peut avoir un sac », s’enthousiasme t-elle. Forte de cette expérience, vient l’idée de lancer une seconde marque avec un design plus épuré et des prix plus accessibles. Camille griffonne des formes inspirées des sacs que portaient sa mère et sa grand-mère. Le savoir-faire et les machines sont là : un cuir épais, robuste, au toucher gras dit cuir au toucher « bougie » qui se patine avec le temps et un tannage végétal. Les prototypes de la première collection Herbert Frère Sœur sortent durant l’été 2016 et en septembre vient le premier salon Who’s Next qui conforte leurs attentes. « Nos produits made in France, de belle qualité et vendus à un prix juste ont tout de suite eu du succès », confirme Camille.

Sac Flav en cuir de vachette marron, Herbert Frère Sœur, prix boutique conseillé 345 € - Photo © Fabrice Poincelet.

Traçabilité et artisanat

Et si aujourd’hui le père a levé le pied, il garde toujours un œil sur les collections pour prodiguer quelques conseils. « Herbert Frère Sœur a pris de l’ampleur mais nous tenons à conserver un travail artisanal et surtout à ne pas sous-traiter, poursuit Camille Herbert. Bien sûr nous utilisons des machines à coudre, et refendeuses, mais la main garde toute son importance. » Quant au cuir, si celui de vache normande ou bretonne reste la matière principale des modèles, d’autres cuirs ont fait leur apparition selon les formes et les envies de couleur. « La croute de cuir velours permet de travailler de beaux camaïeux de camel, orange, rouge et rose, jusqu’au bleu pâle, continue la Directrice Artistique. Il y a aussi du cuir impression reptile, du cuir embossé mais aussi dans les nouvelles collections du lin qui colle avec le style intemporel que nous prônons ou encore du cuir effet papier aluminium. » Tannées végétal en Italie, les peaux font ensuite leur retour à l’atelier de Fougères où elles sont découpées et assemblées. « Nous avons une traçabilité totale de notre chaîne d’approvisionnement et de production afin d’être éthique au maximum », explique Camille Herbert.

Palette de couleurs ceinture Lilou Herbert Frère Soeur
Palette de couleurs de la ceinture Lilou en cuir de vache et clous, Herbert Frère Sœur, prix boutique conseillé 75 € pièce, Photo © Ben Massiot.

Une boutique-atelier à Paris

Enfin pour donner un supplément d’âme à la collection, chaque modèle de sac est baptisé d’un surnom. « Ceux-ci viennent de personnes de notre entourage que nous aimons, confie la créatrice. Et pour les ceintures, il s’agit de nom de lieux avec lesquels nous avons une histoire. » Il y a le Sab du prénom Sabine de leur maman, le Gab comme l’un des prénoms des enfants de la famille, le Mamour qui est le meilleur ami de Camille depuis plus de 30 ans ou la Malo pour la maison de famille qui se trouve à Saint-Malo. Un univers qui a aujourd’hui séduit plus de 280 revendeurs à travers le monde dont 200 en France. En parallèle, pour expliquer et valoriser son savoir-faire, L’Officine Herbert Frère Sœur a ouvert en juin 2018 à Paris au 12, rue Jean-Jacques Rousseau dans le Ier arrondissement. Un lieu, à mi-chemin entre showroom, boutique et atelier où Camille et une prototypiste travaillent à l’élaboration des nouvelles collections à l’arrière de l’espace, mais assure aussi le service après-vente et personnalise les sacs à la demande des clients. 

Prototypiste Herbert Frère Soeur
Travail du cuir par la prototypiste à la boutique Herbert Frère Sœur située au cœur de Paris - Photo © Vanessa Bosio.
Sac rock cuir Fabrice Poincelet
Touche rock pour le modèle Sab en cuir de vache et clous, Herbert Frère Sœur, prix boutique conseillé 195 € pièce - Photo ©Fabrice Poincelet.

Rédaction Céline Vautard

j'AIME
TWEETER
PIN IT
LINKEDIN
Suivez-nous sur Instagram !

Consultez
le best-off
de la rubrique

Accessoires Aizéa
01 Jan

Aïzea, des accessoires dans le vent

Pratiques et élégants, les accessoires pour hommes d’Aïzea expriment avant tout l’amour du cuir de leur créateur. Sentiment désormais partagé avec ...