Tanneries Roux : le luxe responsable

. Les couleurs sont élaborées sur mesure et les ateliers ne travaillent qu’à la demande du client.

Fleuron français du luxe, les Tanneries Roux implantées à Romans sur Isère depuis le XIXème siècle, sont les tenants d’un savoir-faire devenu rare. Spécialistes du cuir de veau, elles ont été achetées en 2012 par le groupe LVMH et se sont positionnées à la pointe des préoccupations environnementales et sociétales. Une démarche qui a permis à l’entreprise de devenir la première tannerie française à obtenir la certification du Leather Working Group.

Un savoir-faire unique préservé

Créées en 1803 par Joseph-François Roux, les Tanneries Roux sont les dernières sur la vingtaine d’établissements actifs à l’époque à subsister à Romans-sur-Isère. L’effondrement progressif de l’industrie locale de la chaussure a porté un coup fatal aux nombreuses tanneries dont l’activité reposait sur les cuirs à semelles pour le chaussant.
Désormais il n’en reste plus que cinq en France qui, comme elle, perpétuent un travail exigeant sur les peaux de veaux de la plus haute qualité. Qu’il s’agisse des tanneries d’Annonay, du Puy, d’Haas, ou bien récemment de Degermann, toutes ont été intégrées à des groupes de luxe, premiers acheteurs de ces cuirs indispensables à la fabrication de maroquinerie.
Si le groupe LVMH a fait l’acquisition en 2012 les Tanneries Roux, c’est bien pour préserver ce savoir-faire unique et assurer un approvisionnement répondant à ses exigences de qualité. Cette volonté globale infuse toute la chaîne de production. L’entreprise s’attache tout autant aux conditions d’élevage et d’abattage des bêtes, qu’aux procédés utilisés dans le traitement des peaux, au respect de normes environnementales strictes, ainsi qu’à l’amélioration des conditions de travail des salariés.

Une traçabilité sans faille pour garantir éthique et qualité

Les tanneries ont mené un travail important avec leurs fournisseurs de peaux autour du bien-être animal. L’industrie du cuir est une industrie de recyclage. Les peaux sont un produit dérivé de la consommation de viande bovine. Un animal bien nourri et bien soigné garantit non seulement une viande plus saine, mais aussi des peaux plus belles. La consommation de viande et plus particulièrement celle de veau, relativement chère, a diminué en France ces dernières années, rendant les peaux plus rares et conduisant à l’importation de peaux aux origines parfois incertaines. Une situation inenvisageable pour les Tanneries Roux qui, afin de contrôler la provenance et de s’assurer de la traçabilité totale, ont supprimé les intermédiaires et négociants et travaillent directement avec de grands abattoirs français.
Les abattoirs marquent les peaux fournies aux tanneries mais, pour assurer leur traçabilité jusqu’au bout de la chaîne, il est essentiel de conserver ce marquage intact. Les techniciens, qui prélèvent des échantillons pour le contrôle qualité à chaque étape de la production, ont été formés à ne prélever qu’aux endroits dépourvus de marquage. Les peaux marquées sont depuis longtemps traitées en lots pour chaque client, ce qui renforce la cohérence du système. Néanmoins, ces procédés se devaient d’être améliorés et la tannerie a innové et investi dans une nouvelle marqueuse laser. La traçabilité est en effet un enjeu essentiel car elle permet d’augmenter la qualité des peaux fournies en opérant un tri sélectif depuis l’abattoir. On peut ainsi déterminer la provenance des plus belles et a contrario éliminer celles dont l’aspect n’était pas satisfaisant.

Les Tanneries Roux contrôlent la provenance des peaux et de s’assurent de leur traçabilité totale.

La certification du Leather Working Group, une première en France

Les tanneries Roux sont réputées pour leurs cuirs aux finis naturels, leurs traitements aniline qui laissent voir le grain. Les cuirs souples sont foulonnés et très peu couverts. La teinture, autre marque de fabrique de Roux, connue pour ses coloristes hors pair, est réalisée exclusivement à base de pigments en poudre, moins opacifiants que les colorants. Les couleurs sont élaborées sur mesure et les ateliers ne travaillent qu’à la demande du client. Une démarche qui évite la constitution d’un stock et limite aussi l’utilisation des ressources à la production de ce qui a été vendu.
L’écoute des clients et de leurs demandes est une source d’innovation importante pour les Tanneries Roux. C’est notamment en réponse à leurs requêtes, et plus spécifiquement à celles de Louis Vuitton, que l’entreprise a entrepris le processus de certification du Leather Working Group, qu’elle a obtenue ; une première en France.

Une collaboration étroite avec les clients pour innover durablement

Les plus grandes marques de maroquinerie, mais aussi de chaussures de luxe, composent la clientèle des Tanneries Roux. Ces marques sont de plus en plus impliquées dans les questions de RSE. Éthique, protection de l’environnement, des ressources et du travail humain sont des sujets devenus incontournables pour les secteurs de la mode et du cuir dont les clients finaux sont de plus en plus soucieux de savoir comment sont fabriqués les biens qu’ils consomment.
Les Tanneries Roux sont régulièrement auditées par leurs clients. Un échange positif, qui pousse l’entreprise à adopter de nouveaux modes d’action plus proactifs que réactifs. La mise en place des directives Reach a notamment orienté l’élaboration de process sur la réduction de la toxicité des produits chimiques utilisés. Michèle Baudens, Directrice du Business Développement, insiste sur le fait que le processus de certification LWG a impulsé dans l’entreprise une nouvelle façon d’être et pas seulement de faire, qui va bien au-delà.

La RSE au cœur des préoccupations et des collections

Un travail important a été mené sur le collectif, la sécurité et le bien-être au travail. Des formations aux gestes et postures ont été prodiguées aux salariés. L’installation de foulons automatiques a permis une réduction significative de 17% de la consommation d’eau. Une eau qui bénéficie d’un retraitement grâce à une station d’épuration, avant d’être testée puis relâchée. L’importance des échanges avec les clients se retrouve aussi dans le développement des produits. Une styliste maison crée des collections qui répondent à leurs envies. Des nouveaux cuirs plus fins tels ce veau foulonné dérayé en 0,7/0,9 mm, ont été pensés pour les clients qui travaillent le gainage. Une recherche est menée en permanence pour augmenter l’expérience sensorielle et créer des cuirs au toucher et à la main uniques. Le foulonnage permet de révéler le grain, mais aussi de faire ressortir un rendu chromatique, comme ce beau gris changeant du Veau Lunaire Mat dans son coloris Cratère. De nombreux rendus sont possibles grâce à la centaine de plaques de finissage disponibles, tel ce veau à l’effet velours côtelé épais ou mille-raies, plus fin. On est attiré par l’odeur boisée d’un cuir Borodino, le fameux Cuir de Russie, souple et épais, en 13/15, tanné avec de l’écorce de bouleau selon une recette historique, pour une commande spéciale passée par le groupe LVMH. Dans les collections on retrouve des satinés, des pailletés subtils, des cuirs plus épais pour le chaussant. Les imprimés, réalisés grâce aux nano-pigments d’une imprimante inkjet, ont une profondeur et une définition inégalées et nous sommes saisis par la subtilité du dégradé de vert réalisé pour un grand maroquinier. Les cuirs chrome free et metal free sont réclamés par certains clients et des produits sont en préparation autour de ces techniques, avec des rendus et usages très spécifiques. Pour les Tanneries Roux, la démarche de développement durable est au cœur d’un cercle vertueux où un dialogue permanent avec les clients garantit la qualité de ses produits, d’ores et déjà couronnée par l’exigeante certification LWG.

Tanneries Roux
Des nouveaux cuirs plus fins ont été pensés pour les clients qui travaillent le gainage.

Les Tanneries Roux en données clés

1803 : création des Tanneries Roux par Joseph-François Roux.
1897 : installation de l’usine actuelle par Émile Roux.
2012 : rachat par le groupe LVMH.
Volume de production : 400 à 600 peaux produites par jour.
Effectifs : 110 salariés.
Chiffre d’affaires : plus de 23 millions en 2018.

Rédaction Hélène Borderie
Photos © Corinne Jamet

Inscrivez-vous à la Newsleather pour recevoir nos articles à votre rythme et selon vos préférences de thématiques.

j'AIME
TWEETER
PIN IT
LINKEDIN
Je découvre Cuir Invest

Consultez
le best-off
de la rubrique