Olivia Clergue : le sac comme étendard de la créativité

Originaire d’Arles, la créatrice, fille du photographe Lucien Clergue, a grandi au contact d’artistes. Elle cultive dans son travail le goût des formes et des couleurs sans négliger qualité et responsabilité.

SON PARCOURS

« J’ai appris la sculpture, aux Beaux-Arts de Paris, mais j’ai toujours été attirée par la mode ; j’ai alors également suivi des études dans ce domaine à la fin de mon premier cursus d’art. Puis j’ai monté ma marque de lingerie et surtout de porte-jarretelles en coton, ce qui n’existait pas à l’époque. Elle s’appelait Pablita, en hommage à mon parrain, Pablo Picasso. Après un passage à la télévision, dans une émission sur les jeunes créateurs, je me suis retrouvée avec de nombreuses commandes que je n’ai pas pu honorer, n’ayant pas la structure nécessaire pour le faire, ni la maturité. Je suis donc sagement retournée travailler dans le milieu de l’art, en tant qu’assistante d’artiste, puis dans des galeries d’art. »

Olivia Clergue
La créatrice Olivia Clergue.

SA RECONVERSION

« Ce n’est qu’à 40 ans que j’ai éprouvé le besoin de retravailler pour moi-même et avec mes mains. J’ai alors réalisé un premier sac brodé de plumes de flamant rose que j’avais ramassées en Camargue au fil de mes étés. Il a connu un tel succès que j’ai commencé à réaliser une série de sacs brodés de plumes, qui est devenue ma première collection. Les clients étrangers ont tout de suite été au rendez-vous sur le salon Premiere Classe en 2008 et ma marque était lancée. »

SON ADN DE MARQUE

« Je conçois mes sacs comme des sculptures avec en fil conducteur : le respect des hommes et de leur environnement, de la planète. Le choix de mes matériaux s’oriente donc de plus en plus vers l’éco-responsabilité, comme avec le cuir tanné végétalement, le coton biologique et le laiton sans plomb ; tout cela sans renoncer à la créativité, mon moteur, et donc à la couleur et à la richesse des matières. Le cuir est une matière noble et sensuelle qui continue de me fasciner et les tanneurs rivalisent aujourd’hui d’inventivité afin de proposer des produits toujours plus beaux et éco-responsables. »

SES INSPIRATIONS

« Je continue de m’inspirer de l’art contemporain, moderne, ancien ; la visite de musées ou de galeries suscitant toujours un intérêt renouvelé chez moi. Mais l’inspiration peut aussi venir de la nature, dont les couleurs me surprennent et me ravissent toujours. Concernant les formes, je le les aime simples, harmonieuses, équilibrées. À partir de là, le choix est large ! »

Olivia Clergue boutique Paris
La boutique Olivia Clergue, 6 rue du Parc Royal à Paris.

SON CUIR

Il occupe une place centrale et doit provenir d’Europe, où les tanneurs sont astreints à une réglementation stricte en matière de protection de la planète. Il doit être souple, les couleurs riches, profondes et variées et il doit bien sûr être éco-responsable. Je suis très exigeante sur le sujet et surveille mes achats de près en fonction de ces critères. Je travaille avec Arnal pour le cuir tanné végétal et avec Alran pour le cuir au grain caviar et des tanneries italiennes pour le veau de finition nappa. Mes sacs sont faits en France.

SA COLLECTION ÉTÉ 2020

Je développe de plus en plus la collection en cuir de tannage végétal en essayant d’aller au-delà des couleurs traditionnelles comme le camel, le cognac ou le noir. Je propose ainsi pour cette nouvelle saison du cuir tanné végétal rouge, olive et bleu. Et je suis très contente du résultat, les couleurs sont raffinées et laissent voir toute la noblesse du cuir. Nous avons joué aussi avec des surpiqures de couleur afin de retrouver le contraste que nous avions déjà sur le camel et le cognac.

Sac Gertrude en cuir de veau caviar, prix boutique conseillé 595 €.

SES RACINES

Mes attaches envers ma ville et la Camargue sont très fortes et j’y vais chaque été et pour les fêtes de Noël (NDLR – Sa ligne de sacs en cuir de tannage végétal est directement inspirée de la sellerie Camarguaise). Je m’y ressource, y respire et y trouve une forme d’équilibre, d’harmonie à travers ses paysages apaisants. Et puis je ne me lasse pas de mes adresses préférées que sont le stand de fromages de brebis de Stéphane (le Mas du Trident) sur le Marché d’Arles le samedi, la chocolaterie Puyricard 54, rue de la République et bien sûr la Fondation Vincent Van Gogh, créée par ma mère et reprise depuis quelques années par Maya Hoffman.

Inscrivez-vous à la Newsleather pour recevoir nos articles à votre rythme et selon vos préférences de thématiques.

Rédaction Céline Vautard

j'AIME
TWEETER
PIN IT
LINKEDIN
Je découvre Cuir Invest

Consultez
le best-off
de la rubrique