Tendances prospectives printemps-été 2021 #2 : Too much énergie

cosmic time traveler
Photo © Cosmic Time Traveler.

Avec ses extravagances vestimentaires, ses tubes électrisants, qui invitent les kids à être eux-mêmes, le glam rock a achevé de briser les derniers carcans qui corsètent encore l’Angleterre du début des années 1970. À revoir sur Arte les documentaires High Energy et Glam Rock qui font l’apogée de la splendeur décadente d’une odyssée sexy, pleine de strass et de paillettes, où les talons compensés sont de rigueur. On brouille les pistes, « Girls will be boys and boys will be girls », prophétisaient les Kinks en 1970. Affolons le réel comme nous la si souvent suggéré André Breton.

Lurex disco

David Bowie en robe, Elton John en falbalas à plumes et à franges, Freddie Mercury en costumes scintillants et Suzi Quatro en pantalon de cuir : des inspirations qui mettent sous influence disco, des textures métallisées et brocardées que l’on trouve tout à la fois chez Léonard et chez Paco Rabanne. Chaussures à plateformes et sacs jour-nuit sont les portes d’entrée de cette extravagance déjantée. Lurex et boule facettée, un revival très Studio 54 où flamboyance et scintillances se téléscopent.

Rock Barock

Dans un esprit baroque théâtralisé, les cuirs de la saison s’éclaboussent d’un brin de lilas mauve poétique ou d’un violet joliment magnétique.  Luxuriance des volutes à effet tapisserie, manches gigognes et plastron néo dandy, jupe de cuir gonflé non sans rappeler les effets corbeille des robes de cour de Marie-Antoinette, Louis Vuitton nous fait céder à l’extravagance d’un esprit rock et baroque qui fait écho à une rumeur qui gronde au loin.  

Circus parade

Dior et Gucci jonglent avec le vocabulaire circus. Make-up larme de clown et Monsieur Loyal au féminin, collage de styles entre Fellini et Colombine de la période rose de Picasso, ça brille, ça virevolte.  Froncés oversize et effets plumpy gonflés chez Miu Miu, nouages matelassés pour les sandales Christophe Lemaire, et bandoulières Givenchy au tressé surdimensionné, dopent et décalent les silhouettes. Burlesques et dissonants, autant de chocs visuels qui demandent aux agneaux plongés choisis, une souplesse de main sensuelle et fonctionnelle.

Rédaction Anne Liberati
Photos © Alain Gil-Gonzalez

j'AIME
TWEETER
PIN IT
LINKEDIN
Je découvre Cuir Invest

Consultez
le best-off
de la rubrique