Nuti Ivo, la tannerie
sur tous les fronts

Tannerie Nuti Ivo salle de sèche
Il y a trente ans, l’entreprise prend le tournant du luxe et devient le premier fournisseur italien de Louis Vuitton suivi d’Hermès, des marques du groupe Kering, de Longchamp…démontrant sa renommée et puissance exportatrice.

S’il existe une tannerie qui couvre tous les segments de marché de la filière cuir c’est bien Nuti Ivo. Aujourd’hui, c’est un groupe implanté sur quatre continents qui réalise un chiffre d’affaires de 150 millions d’euros et emploie plus de cinq cents salariés. Depuis son siège social de Santa Croce sull’Arno, ville façonnée par l’industrie du cuir, Nuti Ivo progresse sur tous les fronts, s’orientant sur l’innovation, la spécialisation et les partenariats.

Tout commence au début des années 50. Lors d’une visite à Annonay en France, Ivo Nuti examine une machine de la société Mercer Frères : on y insérait une peau et deux en ressortaient ! Déjà l’ancêtre de la refendeuse séparait la croûte de la fleur. Malin, l’italien acquiert la machine, dont il use secrètement, achète des peaux, les refend, revend la fleur aux tanneurs, tout en conservant la croûte pour lui. Et c’est ainsi qu’Ivo Nuti fonde l’entreprise florissante que l’on connaît aujourd’hui. Ironie de l’anecdote, la croûte velours qui a lancé l’entreprise ne figure plus au catalogue depuis 1970 !

Cuirs finis tannerie Nuti Ivo
L’écosystème Nuti Ivo c’est un groupe, 7 usines sur 4 continents, un laboratoire, plus de 500 salariés, 150 millions d’euros de chiffre d’affaires, et plus de 4 millions de m² produits chaque année.

Le business model de compétition

L’écosystème se caractérise alors par un tissu industriel dense avec une multitude de petits acteurs qui font de Santa Croce sull’Arno un pôle de tannerie majeur. Aux prémices d’un marché bientôt saturé, Nuti Ivo prend le tournant du luxe. Il y a trente ans, l’entreprise sera le premier fournisseur italien de Louis Vuitton suivi d’Hermès, des marques du groupe Kering, de Longchamp…démontrant sa renommée et puissance exportatrice. La France est actuellement le marché dominant en haut-de-gamme et luxe, avec 80% de la production destinée à la maroquinerie. Le groupe Nuti Ivo s’est également diversifié par le déploiement de divisions moyen de gamme, répondant aux marques américaines ou italiennes telle Furla. La compétitivité est enrichie par cinq unités ultra spécialisées sur une ligne de production dédiée, qui contribuent chacune au développement du quinté gagnant : Conceria Nuti Ivo (1955), Conceria Lloyd (1982) ; Conceria Everest (1989) ; Conceria Papete (2012) ; Conceria Deluxe (2013). Au fil des ans, Nuti Ivo a su construire un portefeuille d’activités et de partenaires (deux joint-ventures au Paraguay et au Maroc) qui couvrent quasiment toute la filière soit de tannage chrome, soit de tannage végétal, à partir de peaux de bovins (taurillons, buffles) ou ovins (chèvres et agneaux).

Le groupe a investi à hauteur d’un million d’euros dans la plus grande machine à repasser et sécher jamais construite, munie de huit plateaux pour aspirer l’eau.

L’avenir de la tannerie en ligne de mire

Santa Croce est la ville du cuir ! Mais elle regorge de tanneries qui datent des années 70, acculées à de profondes mutations. Les générations changent et ambitionnent de proposer des solutions concrètes pour répondre aux problématiques environnementales.
« J’estime qu’aujourd’hui nous n’avons pas la possibilité de faire une ligne de cuirs metal free entre deux productions de tannage chrome ou végétal, parce que les eaux polluées ne peuvent être mélangées, leur traitement nécessite une unité à part. C’est pour cette raison que nous nous sommes associés à une usine française sur l’étape de rivière. Pour rappel, le tannage synthétique wet-white est constitué de produits de synthèse tels les aldéhydes. Le tannage metal free que nous proposons est à base de polymères et ne remplit pas les mêmes performances. C’est différent et pour l’instant ce n’est pas rentable, nous n’avons que quelques clients qui nous suivent sur ces produits plus coûteux. Ce n’est pas avéré non plus que ce tannage soit plus durable en matière de consommation d’eau, d’électricité…Le procédé est plus long et nécessite quasiment deux fois plus d’eau. En tout état de cause, l’industrie de la tannerie au chrome arrive à recycler et récupérer beaucoup de ressources pour minimiser l’impact. Si demain nous passons tous au metal free, nous devrons totalement revoir les stations d’épuration et les traitements biologiques », prévient Mario Donati, Directeur du groupe.

Tannage chrome ou tannage metal free, les lignes de production, travail de rivière et le traitement les effluents inclus, sont distincts dans des unités de production dédiées.

Le marché du cuir en question

À Santa Croce, berceau toscan de l’industrie, le jeu de la concurrence, en plein boom dans les années 80, a porté ses fruits. Néanmoins, les tanneries tendent à se concentrer, ce qui n’est pas forcément vu d’un très bon œil quant à l’émulation créative sur le plus long terme. À quelques encablures de là, Scandicci est en passe de s’imposer comme la capitale de la maroquinerie. Les grandes maisons affluent, industrialisent les process de métiers encore très manuels. Le luxe prospère avec ce qu’il a d’accessible au détriment de la chaussure et de la maroquinerie moyen de gamme. Là où il est encore difficile d’imaginer qu’un consommateur puisse acheter un sac à 4 000 euros en synthétique ou autre alternative, le cuir automobile montre des signes de perte de vitesse. Les tanneries les plus importantes d’Italie qui opèrent principalement sur ce secteur d’activité en Vénétie, avec des chiffres d’affaires dépassant les 500 millions d’euros, attendent l’issue de la mobilité électrique entraînant dans leur sillage une baisse des coûts de la matière brute.

Nuti Ivo tannerie Santa Croce sull'Arno
Au fil des ans, Nuti Ivo a su construire un portefeuille d’activités et de partenaires (deux joint-ventures au Paraguay et au Maroc) qui couvrent quasiment toute la filière soit de tannage chrome, soit de tannage végétal, à partir de peaux de bovins (taurillons, buffles) ou ovins (chèvres et agneaux).

Abonnez-vous à la Newsleather pour recevoir nos articles à votre rythme et selon vos préférences de thématiques.

Rédaction Juliette Sebille
Photos © Anne-Emmanuelle Thion

j'AIME
TWEETER
PIN IT
LINKEDIN
Je découvre Cuir Invest

Consultez
le best-off
de la rubrique