Maroquinerie :
nouveautés portés street et chic

Sac banane Coachella en cuir relief effet python, Marie Martens
Sac banane Coachella en cuir relief effet python, Marie Martens, prix boutique conseillé 250 €.

Cet été, le sac se porte tour à tour à la taille, en bandoulière ou dans le dos pour une allure résolument cool. Décryptage !

Les possibilités n’ont jamais été aussi nombreuses en termes de portés en maroquinerie. Sac crossbody, sac à dos, sac banane à porter à la taille ou en bandoulière, cette saison les façons de porter son sac sont multiples et varient selon les moments de la journée. Star des podiums, toutes fashion weeks confondues, la banane a signé son grand tour voilà quelques saisons maintenant. Un porté street mais revisité en version ultra chic par de nombreuses griffes comme Burberry, Chanel ou Jacquemus où elle s’agrémente de chaînes dorées, de cuirs luxueux voir exotiques pour des citadines en mal d’aventures.

Baroudeuse des villes

« Le sac devient la nouvelle caisse à outils des citadines, » décrypte Martine Leherpeur dans son trend report pour l’édition du salon Who’s Next, saison automne-hiver 2019-2020. « Multi-poches, pratique, il mute entre les vestiaires outdoor et workwear pour explorer de nouveaux portés cools. » Un style que la créatrice Marie Martens a fait sien depuis sa première collection en 2013. « J’ai remis au goût du jour le sac ceinture en 2015, devenu depuis l’incontournable de toutes les marques,» s’enthousiasme-t-elle. Baptisé Coachella, ce modèle, que je décline chaque saison, reflète parfaitement l’ADN de ma marque. Il est à la fois chic et rock et peut se porter à la taille, en croisé ou sur le dos. J’y ai rajouté une chaîne qui permet de l’ajuster à sa taille ou à ses looks. Ces atouts en font le compagnon idéal ; l’atout liberté de toutes les femmes pour garder les mains libres en toutes circonstances. C’est vraiment ce que je recherche dans mes créations, un sac qui deviendra votre inséparable ! »

Scout toujours !

Enfin, loin du côté randonnée ou de l’uniforme des écoliers, le sac à dos opère aussi un retour en force dans les collections. Lancé en 1909 par Ole F. Bergan, son essor est lié à celui des activités de plein air dans les années 1950, tandis qu’il fait son entrée en ville dans les 70’s. Adopté à la même époque par les universités américaines, il remplacera vite le cartable en cuir dans les collèges et lycées en France dans les années 1980. Aujourd’hui, grâce à l’engouement du streetwear, il entre dans une nouvelle ère : celle du luxe. Le sac à dos adopte le cuir, les lanières travaillées, les détails chics et un look faisant parfois de lui un it-bag à l’image des nombreux modèles déclinés par Alessandro Michele chez Gucci. Toujours plus jeune (les millenials comptent pour plus de la moitié de son chiffre d’affaires), toujours plus inclusive (défilé mixte, campagnes qui valorisent tous les physiques et ventes en ligne qui décollent) et faisant la part belle aux accessoires, Gucci affiche une croissance hors norme et inédite dans le monde du luxe qui prouve bien que le courant streetwear couplé à l’univers du luxe n’a pas fini de révolutionner le marché. Au premier plan, le sac est le premier acteur de ce marché. Chez Gucci, environ 50% des ventes sont tirées par la maroquinerie. Le sac à dos n’a pas dit son dernier mot !

Rédaction Céline Vautard

j'AIME
TWEETER
PIN IT
LINKEDIN
Suivez-nous sur Instagram !

Consultez
le best-off
de la rubrique