L’ère du cuir 4.0 : quand l’Intelligence Artificielle participe à relever les enjeux de propriété intellectuelle dans la filière

Qui aurait pu imaginer, il y a quelques années encore, que les nouvelles technologies et le secteur du cuir – deux mondes que tout oppose a priori – puissent converger et s’épanouir dans une collaboration pérenne ? C’est pourtant bien le cas.
Discrète mais profonde, l’implémentation des systèmes d’intelligence artificielle (IA) dans le secteur du cuir annonce l’avènement d’une révolution technologique durable. Grâce à ses capacités d’analyse et d’apprentissage profond, l’IA amorce une ère de progrès caractérisée par de nombreux usages novateurs et transverses, passant par la conception, la production et le contrôle des produits jusqu’à leur personnalisation et leur suivi. Cette alliance entre le savoir-faire ancestral du travail du cuir, transmis au fil des générations, et les possibilités étendues et offertes par les nouvelles technologies, ouvre certes la voie à des opportunités sans précédent pour les acteurs du secteur, mais n’arrive pas sans son lot de défis, notamment en matière de propriété intellectuelle.

Intelligence Artificielle protection propriété intellectuelle Plasseraud
L’intelligence artificielle a révolutionné l'expérience client grâce à des outils d'analyse prédictive qui décryptent les préférences et les comportements d'achat - Photo © AdobeStock - Pixels Hunter

Des cas d’usages novateurs et transverses

Intégrées de plus en plus régulièrement dans les chaînes de conception des produits, les solutions d’IA se sont portées garantes de l’optimisation de la production des produits, en termes de rapidité d’exécution et d’adéquation des paramétrages. La maintenance prédictive figure également parmi les avancées les plus notables présentement, en anticipant les défaillances potentielles des équipements de production et en réduisant significativement les risques d’interruptions. Cette gestion proactive des opérations s’est avérée cruciale pour maintenir une efficacité maximale et réduire au mieux les coûts opérationnels des professionnels du cuir.
Loin de s’arrêter là, les usages d’intelligences artificielles en matière de détection des défauts ont également incarné une rupture technologique majeure. De nombreuses entreprises du secteur ont ainsi introduit des solutions à même d’analyser le cuir avec une précision et une rapidité inédites permettant ainsi de détecter les moindres imperfections. Cette capacité à évaluer la qualité des matériaux en temps réel a non seulement permis de maximiser l’utilisation des ressources mais aussi d’assurer une constance inégalée dans la qualité des produits finis, répondant ainsi aux exigences toujours plus élevées des consommateurs et des marques de luxe.
En parallèle, l’IA a révolutionné l’expérience client grâce à des outils d’analyse prédictive qui décryptent les préférences et les comportements d’achat. Ces technologies ont offert la possibilité de concevoir des produits sur mesure, allant des articles de maroquinerie personnalisés aux chaussures adaptées aux spécifications exactes des clients. De prime abord superficielles, ces solutions constituent pourtant des services différenciants, de plus en plus plébiscités par les entreprises mais aussi par leurs clients : cette approche du « sur mesure » transforme l’acte d’achat en une expérience unique et intimement personnalisée.
Enfin, l’IA a joué un rôle crucial, s’agissant de la durabilité et la traçabilité des produits, en offrant une visibilité sans précédent sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement. Grâce à des systèmes avancés de suivi et de vérification, les entreprises sont désormais en capacité de garantir l’origine éthique de leurs matériaux, pour répondre aux attentes croissantes des consommateurs en matière de responsabilité environnementale, mais aussi de pouvoir authentifier précisément leurs productions et de lutter ainsi de manière significative contre l’hydre que représente le commerce mondial de contrefaçons et de marchandises pirates. L’ensemble de ces quelques usages illustre et témoigne de l’immense potentiel de l’IA dans l’industrie du cuir.

Intelligence Artificielle création secteur cuir
L'intégration de l'IA dans l'industrie du cuir est synonyme d'une révolution qui transcende la simple amélioration des processus de production pour toucher à l'essence même de la création, de la distribution et de la protection des produits en cuir - Photo © AdobeStock -Metamorworks.

Des défis en matière de Propriété Intellectuelle

Alors que ces innovations et leurs bénéfices ont rapidement été adoptés dans la filière, la question de leur protection, par le biais de la Propriété Intellectuelle, s’est rapidement posée, qu’il s’agisse des méthodes et des dispositifs innovants en tant que tels ou des données implémentées ou générées par ces derniers.
Brevets, droits d’auteur, secret des affaires ou encore droit sui generis des bases de données sont autant de moyens de protection qui peuvent être utilisés pour sécuriser ces solutions d’intelligence artificielle et les données y étant associées.
Cependant, pour être invoqué, chacun d’entre eux requiert la réunion et la satisfaction de conditions qui leur sont bien propres :
– s’agissant d’un brevet, il conviendrait d’être en présence d’une invention nouvelle et inventive constituant une solution technique apportée à un problème technique,
– s’agissant d’une œuvre protégeable par le droit d’auteur, la preuve de l’originalité et de la formalisation de l’œuvre devrait être apportée par son auteur,
– s’agissant du secret des affaires, il serait nécessaire d’être en présence d’informations non aisément accessibles, d’une valeur commerciale du fait de leur caractère secret et protégées de manière raisonnable à cet effet, par leur détenteur légitime,
– s’agissant du droit sui generis des bases de données, un investissement substantiel financier, matériel ou humain, qualitativement ou quantitativement, doit avoir été réalisé en vue de l’obtention, de la vérification ou de la présentation du contenu de la base de données étant, bien évidemment, entendu que le bénéfice d’un moyen de protection n’exclut pas nécessairement l’application d’un autre. Ce panorama complexe démontre l’importance cruciale d’une stratégie de propriété intellectuelle bien pensée, capable de composer entre les exigences de protection légale et les impératifs d’innovation ouverte. C’est la raison pour laquelle, dans cette ère d’innovation et de production accélérées, les entreprises se doivent de demeurer vigilantes, non seulement pour protéger au mieux leurs innovations mais aussi pour respecter les droits de tiers.
À ce titre, la propriété intellectuelle représente un pilier stratégique, essentiel à une gestion des risques éclairée et à une valorisation optimisée dans l’industrie du cuir façonnée par l’IA.

Vers un nouvel horizon

L’intégration de l’IA dans l’industrie du cuir est ainsi synonyme d’une révolution qui transcende la simple amélioration des processus de production pour toucher à l’essence même de la création, de la distribution et de la protection des produits en cuir. Les défis liés à la propriété intellectuelle en résultant soulignent également l’importance d’une approche stratégique et réfléchie des parties prenantes engagées dans cette voie. À mesure que ces technologies évoluent, elles promettent de poser les bases d’une réflexion approfondie quant à l’équilibre subtil à trouver entre innovation et protection.

Inscrivez-vous à la Newsleather pour recevoir, toutes les deux semaines, un condensé de l’actualité de la filière cuir.

Rédaction : Mathias Robert et Marielle Graff – Cabinet Plasseraud IP

j'AIME
TWEETER
PIN IT
LINKEDIN
Cuir Invest

Consultez
les derniers articles
de la rubrique

commodo commodo libero at consequat. velit, facilisis risus mattis mi, dictum
Fermer