Atelier Stée : à la pointe du design et du durable

atelier stée cuir maroquinerie juny
Sac Juny en cuir de veau imprimé façon python et encadrement en métal, 680€ prix boutique conseillé.

Avec un CV long comme ça, Estelle Orilland, styliste accessoires et spécialiste du cuir, a lancé sa marque à l’été 2018. Installée en Allemagne depuis dix ans, elle revient pour nous sur son parcours et l’ADN d’Atelier Stée.

SON PARCOURS

J’ai fait mes études à Paris au sein de l’école ESMOD. Je suis ensuite partie trois ans à New York où je me suis essayée au prêt-à-porter. Mais c’est l’accessoire qui me plaît ! De retour à Paris, j’entre chez Chloé du temps de Phoebe Philo. C’est sans aucun doute l’une de mes plus belles aventures dans la mode. Je dessine en Italie auprès de nombreux fabricants. Je forge mon expérience chez Yves Saint Laurent auprès de Stefano Pilati, un moment clé de l’accessoire pour la marque. J’y développe les modèles hommes et femmes. Je suis ensuite contactée par la griffe Stella McCartney (alors au sein du groupe Gucci) pour prendre en charge la restructuration du département sccessoires qui comprend les sacs, les bijoux, la petite maroquinerie et les ceintures. Je suis fière d’être à l’origine du sac Falabella. Nous avions alors la pression du groupe car rares étaient les sacs qui n’étaient pas en cuir à être vendus à ce prix sur le marché du luxe. Il fallait justifier cela et l’expliquer aux clientes. C’était assez compliqué à l’époque. J’y suis restée quatre ans. 

SON EXPÉRIENCE EN ALLEMAGNE

J’y vis depuis dix ans maintenant. J’y ai suivi mon mari et nous vivons à Francfort. J’ai pris la décision de travailler en tant que freelance. Le premier à m’appeler fut Karl Lagerfeld. Pendant sept ans (NDLR – soit jusqu’en décembre avant son décès), je me suis occupée du pôle accessoires de la marque. En parallèle, j’ai travaillé pour Marni à Milan pour qui j’ai imaginé beaucoup de sacs dont certains se vendent encore aujourd’hui à l’instar des modèles Pannier et Trunk. C’est une marque qui correspond beaucoup à mon style. Elle possède pas mal de parallèles avec ma vision du produit. C’est d’ailleurs à ce moment là que j’ai eu envie de lancer ma propre marque.

SA MARQUE

Le nom Stée est un raccourci de mon prénom. C’est ma fille, qui a aujourd’hui 7 ans, qui le prononçait ainsi plus petite. J’ai gardé cela en mettant un accent pour le côté français. Concernant mon univers, il s’inspire clairement du design d’intérieur, des meubles. J’aime beaucoup les années 50, le Bauhaus, les formes et l’architecture de cette époque. J’imagine que ce n’est pas un hasard si mon mari est architecte ! Dans mes collections j’aime mélanger le cuir et les détails en métal sans être trop dans le côté bijou. Tout est une question d’équilibre pour créer le design parfait. 

SES COLLECTIONS

Je suis passée de quatre collections par an à deux. Je constate que sur le marché de l’accessoire, on revient à moins de saison pour deux raisons : que chaque boutique ait le temps de vendre les pièces et que celles-ci ne soient pas soldées tout de suite. Ensuite pour rééduquer la consommatrice. Pour ma part, j’ai regroupé la Precollection et la principale. J’imagine à chaque fois 7 à 8 nouveaux modèles différents (grand et petit). Mon modèle phare, le Neo, a été réinterprété en version mini cet été. J’ai aussi revu les coloris avec des teintes plus naturelles pour l’hiver (kaki, beige, marron chocolat, cognac). J’ai renforcé la présence de pièces et anneaux, toujours en métal. 

SON CUIR

Chez Atelier Stée, tout est fabriqué en Italie. Le cuir comme le métal proviennent de régions entre Milan et Florence. Pour le cuir, je travaille avec Gruppo Dani pour qui l’approche environnementale et durable est très importante. Le groupe propose un grand choix de couleurs tout en utilisant le moins de chimie possible, en réduisant ses consommations d’eau et en générant le moins de déchets possible. C’est un partenaire que je connais depuis de nombreuses années et je dois cet éveil de conscience à Stella McCartney, même si de mon côté je travaille le cuir. Gruppo Dani mise sur l’innovation tout en mettant en place des cercles vertueux. C’est aussi un très grand acteur mondial du made in Italy. Parmi mes cuirs fétiches, je travaille beaucoup la vachette, l’agneau, le veau lisse. J’aime le mélange des peaux : une structurée avec une autre plus souple. Mais l’avenir pour moi c’est aussi de travailler avec de nouvelles matières toujours plus durables. Quant aux  articles en métal, ils sont réalisés à la main et sur mesure par une autre société. Tout répond à des normes européennes et se veut sans nickel.

SES CLIENTS

Depuis le début, Atelier Stée est vendue en Italie et au Japon (Tomorrowland, Isetan…). Nous avons des revendeurs en Allemagne, en Autriche et en France (By Marie). À Paris, un pop-up était installé il y a peu au Printemps Haussmann. Désormais nous sommes présents sur le nouvel e-shop du grand magasin parisien mais je tiens à rester une marque de niche pour poursuivre en parallèle des missions freelance. J’aime le mouvement et je m’adapte parfaitement du fait que je parle quatre langues (allemand, français, italien et anglais) ! 

Inscrivez-vous à la Newsleather pour recevoir nos articles à votre rythme et selon vos préférences de thématiques.

Rédaction Céline Vautard

j'AIME
TWEETER
PIN IT
LINKEDIN
Cuir Invest, le fonds d'investissement de la filière cuir

Consultez
les derniers articles
de la rubrique

Curabitur venenatis eleifend fringilla vel, ut sem, felis

Inscrivez-vous pour recevoir la newsleather à votre rythme et selon vos préférences de lecture.Inscrivez-vous à la newsleather gratuite