Sophie Viot-Coster,
coach entrepreneur au service des créateurs

Sophie Viot-Coster, coach entrepreneur
Sophie Viot-Coster, coach entrepreneur au service des créateurs à la tête d’ADC, le dispositif de la Filière Française du Cuir d’aide à la création d’entreprises.

Fondatrice des Cireurs puis co-gérante de la marque de souliers Apologie, Sophie Viot-Coster a elle-même expérimenté les démarches à la création et gestion d’entreprise. À la tête d’ADC (Au-Delà du Cuir) depuis janvier 2018, le dispositif de la Filière Française du Cuir d’aide à la création d’entreprises, elle accompagne une vingtaine d’entrepreneurs de maroquinerie, chaussures et accessoires en cuir. Un parcours semé de problématiques à solutionner pour les mener sur la voie du succès, qui ne peut rimer qu’avec rentabilité. Rencontre.

Qu’est-ce qui vous anime dans votre nouvelle mission ?

Depuis que j’ai rejoint ADC en janvier dernier, nous recevons au moins deux candidatures par jour de marques, de maroquinerie notamment, qui se montent mais ne sont pas encore prêtes pour postuler à notre programme de coaching à la création et gestion d’entreprise. En premier lieu, nous les aiguillons et les aidons à se poser les bonnes questions. Bien souvent, le créateur d’une entreprise de mode a une idée de produit et dépense une grande énergie à le mettre au point mais ne s’est pas encore posé la question de son marché, de sa distribution…Je souhaite, au travers du dispositif ADC, avec un nouveau programme de sensibilisation, orienter les entrepreneurs au plus tôt dans leur démarche afin de limiter les écueils personnels et financiers.

Quel est selon vous le premier postulat de réussite à la création d’entreprise ?

ADC est un booster d’entreprise et révélateur de talent mais ne garantit pas le succès. Notre objectif est de révéler au plus tôt les entreprises qui seront performantes de celles qui ne le seront pas. Plus vite une marque se confronte à la réalité de son marché, au terrain et s’inscrit dans une démarche « Time to market », moins elle y laissera de plumes. Il faut être très réactif pour entreprendre, surtout pour les marques de mode qui ont une nouvelle chance tous les six mois de re-présenter leur collection, de rencontrer à nouveau leurs clients, de revoir des prospects qu’elles n’ont pas séduits la première fois…Elles ne peuvent pas mettre deux ou trois ans à convaincre, c’est pour cela que le programme ADC accompagne des créateurs qui ont déjà commencé à trouver leur marché. Au-delà du Cuir a plutôt vocation à consolider ces profils d’entreprises qui ont pour ainsi dire un test de marché réalisé. Une fois que l’on a trouvé son marché, l’aventure ne fait que commencer, et c’est en cela qu’ADC intervient pour former le créateur à devenir chef d’entreprise. Pour exemple, la marque d’accessoires en peaux lainées Toasties, que nous avons identifié très tôt et accompagnons actuellement, a très bien fonctionné dès ses premiers salons. Elle flirte aujourd’hui avec les 80 points de vente alors qu’elle n’a pas deux ans d’existence. C’est un très bel exemple de success story mais rien n’est jamais acquis. Il faut savoir gérer sa croissance et tenir dans la durée.

Concrètement, qu’est-ce que le dispositif ADC peut apporter aux créateurs entrepreneurs ?

Nous sommes en train de retravailler le contenu de l’accompagnement et recruter de nouveaux formateurs accompagnateurs notamment pour répondre au sujet de la stratégie digitale, levier de croissance formidable mais qui ne peut être miraculeux que si les fondements ADN de la marque sont là. Comment donner les bons outils à nos entrepreneurs pour démystifier le levier digital ? Comment rentabiliser leur présence sur les salons ?

S’ils n’y participent pas, ils sont invisibles, s’ils y participent, ils peuvent être déçus du résultat, dans l’immédiat néanmoins. Imaginez-vous passer 500 coups de fil et vous remettre en question : Est-ce que la collection s’est mal vendue, et que je n’ai pas passé un coup de fil au commerçant pour savoir comment cela s’était passé ? Est-ce que mon produit tient la route ? Est-ce que l’emplacement de mon stand était bon ? Est-ce que c’est ma préparation était insuffisante ? Bref, ce sont autant de problématiques auxquelles le créateur entrepreneur est confrontée et auxquels nous essayons de répondre au travers de notre programme de coaching intensif. À terme, ADC se veut comme un label qui rassure les acheteurs quant à la fiabilité des marques sélectionnées. Plus concrètement, en plus du coaching et des formations, le programme délivre des aides financières notamment pour participer aux salons professionnels et met à disposition un fond de garantie. Notre show-room, situé au cœur de Paris, rue Quincampoix est la vitrine des marques incubées, qui y reçoivent leurs clients et peuvent y organiser leurs journées presse et ventes show-room ou privées. Nos créateurs sont solidaires, ils s’y retrouvent et échangent leurs contacts professionnels, bonnes adresses de fabricants, listing relations presse…Tout ceci ne serait possible sans le soutien financier de la Filière Française du Cuir, notamment le Conseil National du Cuir, la Fédération Française de la Chaussure, CTC (Comité Professionnel Économique Cuir Chaussure Maroquinerie), PIA (Programme des Investissements d’Avenir) et de la DGE (Direction Générale des entreprises). Nous allons prochainement recruter de nouvelles sociétés pour intégrer le programme puisque certaines sont prêtes à voler de leurs propres ailes après deux trois années de coaching. Quoi qu’il en soit, que le projet aboutisse ou pas, tout ce que les entrepreneurs auront intégrés au cours du coaching sera bénéfique à leur carrière professionnelle.

Rédaction Juliette Sebille
Photo © Paul Blind

j'AIME
TWEETER
PIN IT
LINKEDIN
Participez au Sustainable Leather Forum

Consultez
le best-off
de la rubrique