ArtyMetia offre un tremplin aux hauts savoir-faire

Cette première plateforme d’intermédiation pour les hauts savoir-faire français a déjà attiré une trentaine d’acteurs du secteur du luxe. Lancement programmé fin 2022.

Visibilité des hauts savoir-faire

Comment mettre au-devant de la scène des “hauts savoir-faire” toujours nombreux en France mais manquant de visibilité ? Dominique Prost et Nathalie Dalifard ont peut-être trouvé la formule magique en fondant en 2018 ArtyMetia, mariage des arts et métiers. Laquelle se présente comme la première plateforme digitale française d’intermédiation dans ce domaine. Avec elle, le couple compte faciliter les débouchés commerciaux d’ateliers d’artisans ou maîtres d’art, Entreprises du Patrimoine Vivant (EPV), compagnons et manufactures évoluant dans plus de 200 métiers dans une douzaine de filières.  Le cuir y figure en bonne place aux côtés des arts du textile, bois, verre, métal, pierre, terre… Et ce, à destination d’un public de collectionneurs avertis, restaurateurs du patrimoine, décorateurs et architectes. 
Pour les deux co-fondateurs, cette aventure succède à un beau début de carrière. Ancien dirigeant marketing et sourcing au sein du luxe (Richemont, LVMH) pour le premier et du tourisme pour la seconde, le couple s’est professionnalisé dans la transmission visuelle. Il y a une dizaine d’années, Dominique Prost a fondé une entreprise audiovisuelle produisant des films institutionnels pour le luxe. Et Nathalie Dalifard a suivi une formation diplômante en photographie. 

Dominique Prost Nathalie Dalifard fondateurs ArtyMetia
Dominique Prost et Nathalie Dalifard, le couple fondateur d’ArtyMetia, a à son actif une riche expérience dans le luxe, le tourisme et la transmission visuelle.

Une trentaine d’acteurs du cuir

Leur idée est aujourd’hui de présenter sur ArtyMetia des films en immersion dans les ateliers, mettant en valeur les gestes, outils, matières mais également le charisme et la personnalité de chaque artisan d’art. Ces vidéos sont réalisées gratuitement dans l’objectif de les promouvoir partout dans le monde. 3 500 artisans sont visés d’ici 2025. Une trentaine d’acteurs de la filière cuir a déjà rejoint la communauté, soit des tanneurs, mégissiers, maroquiniers, gantiers, bottiers, selliers harnacheurs, équestres ou garnisseurs, relieurs, sculpteurs sur cuir ou encore fabricants de masques… Tous sont sélectionnés sur des critères spécifiques correspondant aux hauts savoir-faire – excellence technique, matériaux nobles ou d’exception – mais aussi sur leur approche éco-responsable dans le sourcing et la fabrication. Soit par exemple, pour un tanneur, son utilisation actuelle ou prochaine de colorants végétaux.

ArtyMetia plateforme savoir faire Bottier
ArtyMetia met en valeur les hauts savoir-faire comme celui de ce bottier.

Trois piliers économiques

Le modèle économique d’ArtyMetia repose sur trois piliers. En s’abonnant à la plateforme,  les donneurs d’ordre auront accès aux 3 500 ateliers de savoir-faire susceptibles de les aider à  enrichir leurs réalisations de prestige (villas, hôtels, yachts…). Professionnels et particuliers pourront par ailleurs y acheter des pièces uniques réalisées par un ou plusieurs artisans. Comme cette malle de voyage qui associe base en bois, gainage en cuir et “quincaillerie de luxe” (angles en laitons, fermoirs, etc.). Cette oeuvre sera identifiée par un NFT, véritable carte d’identité virtuelle indiquant l’artisan qui l’a façonnée, son poids, les matières utilisées, la durée de fabrication… Enfin, troisième pilier, une mise en relation sur devis (payante) est proposée avec une base de 1 500 restaurateurs capables de ressusciter sacs, bijoux vintage et tout autre objet précieux. « Nous orientons le client vers la bonne personne, comme les ateliers sous-traitants de Vuitton par exemple », explique Dominique Prost.
Outre un financement par ses deux co-fondateurs, ArtyMetia fait aussi appel au crowdfunding, via la plateforme We Do Good, pour appuyer son essor. Une première levée de fonds, réalisée de juin à septembre 2022 auprès du grand public, a pour objectif d’atteindre 150 000 euros. La seconde, menée de février à avril 2023 auprès d’investisseurs plus importants, vise le million d’euros. Mise en ligne de la plateforme : décembre 2022.

Inscrivez-vous à la Newsleather pour recevoir nos articles à votre rythme et selon vos préférences de thématiques.

Rédaction Sophie Bouhier de l’Ecluse

j'AIME
TWEETER
PIN IT
LINKEDIN
Cuir Invest

Consultez
les derniers articles
de la rubrique

sit Curabitur sem, ipsum pulvinar diam Praesent ut

Inscrivez-vous pour recevoir la newsleather à votre rythme et selon vos préférences de lecture.Inscrivez-vous à la newsleather gratuite